Gif animé
lamanivelle.org
Regarde la neige…

Vignette « Regarde la neige qui tombe »

Affichette

Regarde la neige qui tombe

C’est Noël ? en Alsace on aime la neige, à la Médiathèque d’Obernai aussi. Nous avons choisi des textes magnifiques (avec Anne Kaiser la bibliothécaire) et des chansons ; de Gisèle Prassinos, Pierre Reverdy, Emile Verharen, Tajei Vessa, Maxence Fermine, Bernard Noël, Marie Noël, Victor Hugo, Nathan Katz, Gilles Lapouge, Claude Nougaro… chansons de Prévert, Jo Kosma, Salvatore Adamo, Guy Béart et chansons traditionnelles… un moment de rencontres que nous avons aimé présenter avec passion, mêlant l’érudition et l’émotion, les textes exigeants et la culture populaire, sans distinction entre eux.

Portrait de Liselotte et jean-Marie

Photo Jean-Louis Hess

« On s’attendait à lire Noël, mais la neige est si fascinante. […] Les deux artistes usent de tous les tons, toutes les intonations de leurs voix pour faire entendre le bruit de la neige… à défaut de la voir… On prend autant de plaisir à les écouter lire ou raconter avec malice, avec gravité aussi, qu’aucun texte ne se ressemble… on rit… on s’émeut. On oublie volontiers le Père Noël et autres folklores ou fioritures hivernales… pour se plonger avec délice sous ce manteau qui cristallise le souvenir de gamins heureux de pactiser avec lui. Liselotte et Jean-Marie interpellent directement l’âme d’enfant qui sommeille en chaque spectateur, avec la leur. »

J.-F. Ott
Dernières Nouvelles d’Alsace, le 12 décembre 2004

« C’est une sorte de théâtre du blanc manteau qu’annoncent les duettistes de la chanson, de la musique et des lettres. … ces artistes qui se meuvent en poésie musicale et en joie de vivre et de créer, du début du printemps à la fin de l’hiver… en mots et en mélodies riches d’images, avec l’éclat vif-argent qui caractérise ces deux artistes, qui, depuis des lustres, mettent leur talent et leur créativité au service de la culture au sens le plus noble du terme. Cela veut dire qu’on s’en revient un peu plus riche et sensible et heureux d’être. Avec tout ce que l’art bien partagé est capable d’apporter… »

Hubert Birringer
Dernières Nouvelles d’Alsace, le 9 décembre 2004