Gif animé
lamanivelle.org
Liselotte Hamm

> Écouter Liselotte :

Danz mi
(L. Cohen)
0’24 – 96 Ko

Liselotte Hamm, chanteuse, comédienne

Liselotte Hamm est née à Strasbourg. Une partie de sa famille vient de Prusse Orientale (Ost-Preussen, de Gumbinnen près de Kœnigsberg aujourd’hui Kaliningrad, pas loin des frontières entre Pologne et Lituanie), l’autre partie de sa famille est originaire d’Alsace.

Mariée avec Jean-Marie Hummel – trois enfants : Yérri, Léopoldine et Adrienne.

Photo de Liselotte Hamm

« O god what can the matter be…
my Johnny ? »

Pratique
de la musique

Choriste depuis l’âge de 8 ans dans différentes chorales dès le départ du mouvement « À Cœur Joie » à Strasbourg. Direction de chœurs d’enfants, chorale scolaire et Chanterie à Cœur Joie parrainée par Allegro. Divers stages dans des écoles sur l’expression vocale ; intervient depuis 1997 en Oncologie-pédiatrique à l’hôpital de Hautepierre avec l’association Art et Santé. Chevalier des Arts et des lettres.

Études musicales

Études du chant au Conservatoire de Musique de Strasbourg avec Lucie Rauh et cours avec Martine Viard, Christiane Legrand, Geneviève Krier-France, Arlette Kahn. Liselotte Hamm pratique également la flûte à bec, le cromhorn et les petites percussions.

Enseignement

Monitrice dès l’âge de 14 ans au Rallye des Gosses à Strasbourg (AGF) et monitrice de colonies de vacances dès 1970, (aussi instructrice UFCV). CAP d’institutrice, puis CAEI (Enfance Inadaptée).

Le groupe La Manivelle

Liselotte Hamm, Jean-Marie Hummel et Jeff Benignus créent le groupe La Manivelle (1977-1983). Ils connaissent la chanson et la culture alsacienne en participant à certains concerts et enregistrements de Richard Weiss et les Stud’ente ; réunis par le théâtre (Théâtre du Marché aux Grains) et la musique, ils créent ce groupe autour de la vielle à roue (actionnée par une manivelle) ; ils se doteront d’un répertoire original, plus proche de l’histoire de l’Alsace (entre France et Allemagne) à laquelle la vogue de la chanson-folk s’intéressait trop peu.

« Entre Schœnberg et Nino Rota… du Brecht pour piano à bretelles… » remarquaient les critiques de Télérama ou du Monde de la Musique.

Liselotte Hamm dans « À nous la belle vie, 1936 »

Dans À nous la belle vie, 1994 (Photo Reiner Müller)