Gif animé
lamanivelle.org
Danz mi — Alsace 2

> Écouter un extrait :

D’R Schlecht Rüef (La Mauvaise réputation)
(G. Brassens)
0’29 – 117 Ko

Danz mi

Danz mi, danser sur… Hans Arp – Georges Brassens – Georg Büchner – Léonard Cohen – Henri Mertz – André Weckmann… aussi du Hummel et des airs d’imaginaires… Une suite de musiques, de chansons avec des textes en alsacien, en allemand, en français, en italien et en anglais… l’Alsace quoi ? oui l’Alsace quoi ! évoquant les danses et sur lesquelles on peut danser aussi la « tête en bas les pieds en l’air »… danz mi : voici rassemblés les mots de nos parlers – alsacien-allemand-français-italien et anglais – les musiques et les rythmes qui nous font danser, rêver, sourire, penser et vivre…

CD, 2002

Qui mène le bal ?

Rosetta qui chante en dansant sa fatigue et son désir de repos (extrait de la pièce Léonce et Léna de Büchner – étudiant réfugié un temps à Strasbourg-ville-d’asile pour un jeune écrivain impliqué dans l’écriture d’un pamphlet révolutionnaire diffusé en Hesse et recherché par la police) et Léonce aussi dont la tête est une salle de bal vide et qui veut « partir » pour l’Italie ?

Hans Arp (né à Strasbourg, réfugié en Suisse en 1916, un des fondateurs de dada à Zürich et compagnon des surréalistes) berger des nuages qui danse dans le vide – ins bodenlose – tête en bas et pieds en haut…

Jean-Marie à l'accordéon, dessin de Claude Lapointe

Dessin de Claude Lapointe

Qui mène le bal ?

André Weckmann (un écrivain vivant aujourd’hui en Alsace et s’exprimant en 3 langues) scandant la malice des mots du désir (oui oui on s’aime avec des mots et des jeux de mots…)

Henri Mertz et Brassens… voici la danse de nos langues, voici le mouvement des arbres, des rochers et du ciel vus par Lenz – l’écrivain « devenu fou » cherchant consolation et refuge chez le pasteur Oberlin à Waldersbach – vallée de la Bruche – et que Büchner décrit errant entre nuit et brouillard, cris et voix creuses… et toujours et encore les pieds des danseurs qui martellent au sol le temps qui s’enfuit inéxorablement… ?

la mémoire, le souvenir… allez hop, et pour finir on va faire un pic-nic du dimanche dans une forêt de sapins obligatoires : de sundaa picnic !