Gif animé
lamanivelle.org
Raymond Queneau

> Écouter un extrait :

La Complainte des ouatures
(R. Queneau – J.-M. Hummel)
0’47 – 188 Ko

> Affiche et CD

Jean-Marie Hummel
chante et joue Raymond Queneau

1991

Un spectacle et un CD produits par Jacques Canetti et les éditions Majestic. Première du spectacle au Cheval blanc de Schiltigheim à la demande de Pierre Raby avec Max Jourdain à la contre-basse et au bandonéon. Enregistrement par Dany Mahler, direction artistique Vanina Michel avec les musiciens Max Jourdain, Philippe Geiss (saxophones) et Denis Dionne (percussions). Spectacle présenté pendant 3 semaines au Festival d’Avignon, (passage au Pop-club de José Artur), aux Francofolies de La Rochelle et tournées pendant deux ans en France et à l’étranger. Film FR3, réalisation Max Simha sous le titre Petits cinémas (diffusion nationale).

Dessin de Tomi Ungerer, «  E haenele Symphonie »

Dessin de Tomi Ungerer, e haenele Symphonie

Message téléphonique de Colette Magny

Novembre 1991

Colette était venue nous écouter à l’Ange d’Or à Strasbourg, au Printemps de Bourges et au Gœthe-Institut à Paris. Elle a participé à notre spectacle Tous des Johnny à l’Opéra de Strasbourg pour le Festival « Schelige singt immer noch ! ».

«

[…] Je viens de passer une heure de vrai bonheur avec le disque de Jean-Marie. Je le trouve formidable à tous points de vue. Magnifique, magnifique ! Ah là là ! Que n’ai-je sa façon de chanter ! Il m’enchante absolument ; il joue du piano, il est formidable et il a un humour que je n’ai guère et il sert si bien Queneau que je vais finir par aimer cet auteur à la con ! Ah, il le sert vraiment magnifiquement bien, c’est superbe ! Magnifique vraiment ! Et le tour de chant vu comme ça, la progression dramatique est formidable. Non, c’est très, très… beau ! Et puis il me fait rire en plus avec son papier hygiénique là… je connaissais le texte de Queneau, mais il fait ça avec une délicatesse ! enfin, c’est formidable ! Le choix des textes, tout, je ne sais pas quoi dire, j’en peux plus ! C’est un vrai bonheur ! C’est une perfection, et il chante remarquablement bien quoi ! qu’est-ce que j’ai pris comme notes là ? J’crois qu’j’ai tout dit… ah oui… ju ju ju j’oui j’oui… enfin c’est formidable, il a plein d’humour !
[…] C’est le deuxième disque que j’écoute : le premier étant le mien sur un laser ; je n’en avais pas et Sylvie m’en a offert un ; alors j’ai écouté le mien pour le plaisir aussi ! et puis voilà : c’est le premier étranger que j’écoute ! quelle joie ! bravo, bravo, bravo, voilà ! je tape sur ton disque, bravo ! […] je vous embrasse ! Bravo, bravo Jean-Marie, sincèrement du fond du cœur !
En plus j’ai une préférence, parce que j’suis con si j’ai pas d’humour, j’aime beaucoup le morceau qui s’appelle « Renfort ». Ça m’a émue quoi ! enfin le disque est parfait, émouvant, amusant, dans l’bon sens du terme, et tout est parfait, absolument parfait ! décidément Canetti il a du goût ! qu’est-c’que tu veux, Brel, Brassens… évidemment c’est un vieux salaud, mais bon ! il a du goût !
Allez, au revoir les amis, bonne soirée !

»